Si nécessaire, identifiez un agent infectieux à l'aide d'un code supplémentaire (B95-B98).

Laryngite chronique

Laryngite:

  • catarrhale
  • hypertrophique
  • sec

Laryngotrachéite chronique

Laryngite chronique avec trachéite (chronique)

Trachéite chronique avec laryngite

Rechercher dans le texte de la CIM-10

Recherche par code ICD-10

Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé, 10e révision.
Avec modifications et ajouts publiés par l'Organisation mondiale de la santé en 1996-2019.
Modifications récentes de la CIM-10 (à partir de 2020) apportées par l'OMS en 2019.

Laryngite chronique: symptômes, causes, traitement

La laryngite chronique représente 10% de l'ensemble de la pathologie des organes ORL et est une maladie caractérisée par une inflammation chronique de la muqueuse du larynx qui dure plus de trois semaines. Dans le même temps, une diminution de la qualité de vie du patient est notée, par conséquent, le traitement rapide des pathologies inflammatoires aiguës des voies respiratoires supérieures et inférieures est très important.

Code CIM-10 pour la laryngite chronique (révision de la Classification internationale des maladies 10): J37.0 / 37.1.

  • catarrhale;
  • hyperplasique ou hypertrophique;
  • atrophique;
  • polypes œdémateux.

La laryngite hyperplasique chronique peut être limitée et diffuse. Les types suivants d'hyperplasie de la muqueuse laryngée sont distingués:

  • nodules fibreux des cordes vocales ou nodules chantants;
  • pachydermie du larynx;
  • sous-laryngite chronique;
  • prolapsus (prolapsus) du ventricule clignotant.

En outre, la maladie peut être spécifique et non spécifique..

Causes de la laryngite chronique

Les facteurs étiologiques de l'inflammation chronique des tissus muqueux du larynx sont:

  • rechutes fréquentes de laryngite aiguë;
  • diverses infections: bactériennes, virales, chlamydiales, mycoplasmes, fongiques;
  • parasites;
  • traumatisme externe et interne au cou et au larynx (dommages à un corps étranger, lésions par inhalation);
  • charge vocale accrue;
  • allergie;
  • reflux gastro-œsophagien;
  • fumeur;
  • l'abus d'alcool;
  • risques professionnels: travailler dans une pièce poussiéreuse, gazéifiée ou à des températures élevées;
  • maladies chroniques du nez et des sinus paranasaux;
  • pathologie du système bronchopulmonaire;
  • maladies du tractus gastro-intestinal, du foie;
  • troubles métaboliques (diabète sucré, hypothyroïdie, etc.);
  • radiothérapie;
  • antécédents de corticothérapie topique;
  • violation de l'interféron et du système immunitaire.

Pendant la période de récupération de la voix à la maison, vous pouvez rincer et inhaler avec des remèdes populaires, après avoir préalablement convenu avec votre médecin. Les plus efficaces sont les infusions de camomille, d'écorce de chêne et de millepertuis.

Une lésion spécifique du larynx peut être observée avec des maladies telles que:

La pathogenèse de l'inflammation chronique du larynx est une violation de la circulation sanguine de sa membrane muqueuse. Des phénomènes marqués de stase veineuse sont notés. Une infiltration tissulaire à petites cellules se produit, l'épithélium cylindrique des cordes vocales est remplacé par un plat multicouche.

Les symptômes de la laryngite chronique

Les principales plaintes que les patients présentent avec des lésions inflammatoires chroniques du larynx:

  • violation et changement de voix;
  • mal de gorge avec charge vocale;
  • toux;
  • paresthésie dans le larynx;
  • dyspnée.

Les symptômes sont plus prononcés le matin et le soir..

La laryngite catarrhale chronique la plus courante. Selon la gravité du processus pathologique, le patient est perturbé par une sensation de transpiration, de sécheresse, une sensation de corps étranger dans le larynx, une toux.

Pour la laryngite hyperplasique chronique, un enrouement constant est caractéristique, la voix devient rauque avec de nombreux sons.

Dans la forme polypeuse œdémateuse chronique de la maladie, l'enrouement est caractérisé par un changement progressif du timbre de la voix vers les basses fréquences masculines. Cette forme de la maladie est dangereuse car une insuffisance respiratoire peut se développer jusqu'à une sténose du larynx de degré III.

La laryngite atrophique se caractérise également par un enrouement, l'apparition de toux et de douleur en essayant d'améliorer le volume de la voix. En raison d'une violation de l'intégrité de l'épithélium de la membrane muqueuse du larynx, des stries de sang peuvent être libérées pendant la toux.

Diagnostique

Pour établir un diagnostic, le médecin découvre les plaintes du patient, recueille soigneusement les données sur les antécédents médicaux, procède à un examen, qui comprend la laryngoscopie, et prescrit également des méthodes de recherche en laboratoire et instrumentales supplémentaires.

Des recherches bactériologiques et mycologiques sont effectuées. Dans ce cas, le spécialiste prélève l'inoculation sur la muqueuse du larynxopharynx ou sur les cordes vocales sous anesthésie locale. Les agents responsables de la laryngite les plus courants sont:

  • Pneumocoque;
  • bacille hémophile;
  • Staphylococcus aureus;
  • mycoplasmes;
  • chlamydia
  • bacille diphtérique;
  • Levure Candida.

La principale méthode de diagnostic différentiel de la laryngite hyperplasique chronique, spécifique et oedémato-polypeuse est un examen histologique. L'échantillon de biopsie dans le larynx est prélevé par microlaryngoscopie indirecte. Ce que c'est?

La microlaryngoscopie indirecte est une méthode endoscopique pour le diagnostic visuel de la pathologie du larynx et des cordes vocales. Les fibrolaryngoscopes modernes offrent la possibilité au cours de l'étude de prendre une photo ou de filmer une vidéo et ainsi de réparer et d'enregistrer le cas détecté de pathologie.

Dans la laryngite catarrhale chronique au cours de la laryngoscopie, une hyperémie modérée, un gonflement de la muqueuse laryngée, principalement dans la région des cordes vocales, un schéma vasculaire prononcé est noté.

Avec la forme hypertrophique, la laryngoscopie indirecte peut détecter un épaississement, un pâturage et une hyperémie de la muqueuse, un mucus épais dans différentes parties du larynx. Pour une forme limitée de laryngite hypertrophique, la présence de nodules sur les cordes vocales est caractéristique. De forme diffuse, les cordes vocales sont épaissies et déformées.

Dans la laryngite atrophique chronique lors du diagnostic, l'amincissement de la muqueuse est déterminé. Il est lisse, brillant, parfois couvert de mucus visqueux et de croûtes. Les cordes vocales sont également amincies. Pendant la phonation, ils ne se ferment pas complètement, laissant un espace ovale.

Comment traiter la laryngite

Il est très important de prendre au sérieux le traitement de la laryngite chronique chez l'adulte et l'enfant, car toutes les formes de la maladie sont précancéreuses.

La thérapie nécessite une approche intégrée impliquant des médecins d'autres spécialités: un gastro-entérologue, un pneumologue, un spécialiste des maladies infectieuses, un rhumatologue, un endocrinologue, un dermatologue, etc..

Dans la laryngite catarrhale chronique au cours de la laryngoscopie, une hyperémie modérée, un gonflement de la muqueuse laryngée, principalement dans la région des cordes vocales, un schéma vasculaire prononcé est noté.

  • élimination du processus inflammatoire dans le larynx;
  • restauration d'une voix sonore;
  • prévention de la dégénérescence de l'inflammation chronique en tumeur maligne.

Tout d'abord, il est nécessaire d'éliminer les facteurs exogènes nocifs qui irritent la muqueuse du larynx, épargnant le mode vocal. Il est recommandé d'arrêter de fumer, d'éliminer les risques professionnels et d'humidifier l'air intérieur..

Le traitement conservateur implique la sélection et la prescription d'une antibiothérapie pour l'exacerbation du processus chronique. Les médicaments de choix sont des antibiotiques à large spectre: pénicillines protégées (amoxicilline clavulanate), fluoroquinolones respiratoires (lévofloxacine), macrolides (azithromycine).

Avec une exacerbation de la laryngite hyperplasique et polypous œdémateuse, des antihistaminiques de deuxième génération sont utilisés (Claritin, Loratadin). Avec la forme catarrhale et atrophique de la maladie, les antihistaminiques, en règle générale, ne sont pas prescrits car ils peuvent aggraver la sécheresse de la muqueuse du larynx.

Il est démontré que les corticostéroïdes systémiques soulagent le gonflement des tissus muqueux du larynx avec une sténose des voies respiratoires supérieures dans le contexte d'une exacerbation de l'inflammation chronique..

Si des crachats ou des croûtes sont trouvés lors de la laryngoscopie dans différentes parties du larynx, des mucolytiques locaux et systémiques sont prescrits: préparations d'origine végétale ou contenant des huiles essentielles. Les préparations enzymatiques complexes sont présentées aux patients atteints de laryngite hyperplasique ou polypous œdémateuse pendant une période d'au moins 14 jours.

La thérapie par inhalation joue un rôle important. Les inhalations sont prescrites sur des durées allant jusqu'à 10 jours, pour cela:

  • des agents antibactériens (thiamphénicol, dioxine);
  • mucolytiques;
  • corticostéroïdes;
  • préparations à base de plantes aux effets anti-inflammatoires et antiseptiques;
  • eau minérale.

Les inhalations avec de l'eau minérale pendant 10 minutes peuvent être effectuées 4 fois par jour pendant une longue période, par exemple pendant un mois.

La laryngite catarrhale chronique la plus courante. Selon la gravité du processus pathologique, le patient est perturbé par une sensation de transpiration, de sécheresse, une sensation de corps étranger dans le larynx, une toux.

Pour augmenter l'immunité locale, un agent immunostimulant IRS 19 est utilisé..

Des traitements physiothérapeutiques sont également recommandés:

  • électrophorèse d'iodure de potassium à 1%, de lidase ou de chlorure de calcium;
  • laser thérapeutique, micro-ondes;
  • ultraphonophorèse (endolaryngée).

Aux stades initiaux de la laryngite polypère œdémateuse avec microlaryngoscopie indirecte, des injections de corticostéroïdes dans les cordes vocales.

Selon les indications, une intervention chirurgicale est possible pour prévenir la sténose laryngée et améliorer la fonction vocale.

Si nécessaire, les patients subissent un traitement phonopédique.

Pendant la période de récupération de la voix à la maison, vous pouvez rincer et inhaler avec des remèdes populaires, après avoir préalablement convenu avec votre médecin. Les plus efficaces sont les infusions de camomille, d'écorce de chêne et de millepertuis.

La prévention

  • diagnostic et traitement rapides de la laryngite aiguë;
  • traitement de la pathologie des voies respiratoires supérieures et inférieures, reflux gastro-œsophagien, gastrite, foyers chroniques d'infection dans le corps;
  • arrêter de fumer;
  • contrôle du mode vocal;
  • respect des conditions de protection du travail;
  • aération et humidification fréquentes de l'air intérieur (utilisation de nettoyants et humidificateurs spéciaux).

Il est important de se rappeler qu'avant de commencer un traitement indépendant, vous devez consulter un médecin, subir un examen et recevoir des recommandations cliniques.

Vidéo

Nous vous proposons de regarder une vidéo sur le sujet de l'article.

Tout sur la trachéite aiguë chez l'adulte

Trachéite aiguë (code selon la CIM-10 J04.1), puis OT - une maladie basée sur l'inflammation de la membrane muqueuse de la trachée. Parmi les causes de l'OT, l'infection (virale ou bactérienne) est en première place et l'allergie respiratoire en deuxième position. Cette maladie se développe souvent chez les adultes et les enfants atteints d'infections virales respiratoires aiguës. La trachéite aiguë n'est pas perçue par de nombreux patients comme une maladie dangereuse. En conséquence, les complications de la trachéite sont fréquentes ou sa transition vers une forme chronique.

Le contenu de l'article

Le diagnostic précoce de la trachéite permet de débuter en temps opportun un traitement approprié. Nous parlerons des symptômes de la trachéite aiguë chez l'adulte, qui permettent de la distinguer des autres infections respiratoires aiguës. Nous parlerons également des méthodes modernes et traditionnelles de traitement de cette maladie..

Place de la trachéite dans la classification de la CIM-10

La trachée est une section des voies respiratoires située entre le larynx et les bronches. Nous pouvons dire que c'est le lien de connexion entre les voies respiratoires supérieures et inférieures. De l'intérieur, cet organe est tapissé d'une membrane muqueuse. Inflammation de la muqueuse de la trachée et est appelée trachéite.
La Classification internationale des maladies (CIM) inclut la trachéite aiguë dans le groupe des maladies aiguës des voies respiratoires supérieures.

La dixième révision de la Classification internationale des maladies (CIM-10) a attribué le code de trachéite aiguë J04.1.

Qu'est-ce que ça veut dire? Le symbole J indique que la maladie affecte le système respiratoire. Le code 04 combine la laryngite aiguë et la trachéite, et l'unité après le point spécifie qu'il s'agit d'une trachéite.

Il est intéressant de noter que la forme chronique de cette maladie appartient à la CIM aux maladies des voies respiratoires inférieures (et non supérieures, comme aiguë). Selon la CIM-10, la trachéite chronique est incluse dans le groupe des bronchites chroniques non spécifiques (J42).

Symptômes

Dans la plupart des cas, l'agent causal de l'OT chez l'adulte et l'enfant sont des virus faisant partie du groupe ARVI (rhinovirus, adénovirus, parainfluenza, etc.). Contrairement aux enfants, les adultes tolèrent généralement les infections virales respiratoires aiguës (y compris la trachéite virale) sous une forme bénigne. Cela est dû au fait qu'un adulte a rencontré de nombreux virus respiratoires au cours de sa vie et a développé une immunité contre eux. Par conséquent, le SRAS peut survenir chez l'adulte sans fièvre et autres symptômes d'intoxication..

Symptômes de la trachéite virale aiguë chez l'adulte:

  • toux sèche, dont les attaques provoquent des douleurs dans le sternum;
  • douleur douloureuse dans le pharynx inférieur après la toux;
  • oppression thoracique;
  • respiration superficielle;
  • les attaques de toux surviennent souvent la nuit et après le réveil;
  • le thermomètre est normal, dans les 3 premiers jours de la maladie peut être légèrement augmentée (jusqu'à 37,5 ° C);
  • en parallèle, une rhinite, une laryngite ou une pharyngite peuvent être observées.

La nature virale dérange le patient pendant 5 à 10 jours, disparaissant progressivement. Le danger de cette condition est que les virus réduisent la résistance du corps aux autres agents infectieux, principalement les bactéries. Habituellement, ils commencent à se multiplier dans les expectorations de la trachée aux 4e et 5e jours de maladie. Les expectorations de la trachée sont visqueuses et épaisses, elles s'éclaircissent la gorge.

Restant longtemps dans la trachée, les expectorations deviennent un bon environnement pour la reproduction des micro-organismes. Pour éviter le développement d'une infection bactérienne secondaire, il est nécessaire d'amincir le mucus, ce qui facilite son élimination.

Les OT bactériens sont souvent causés par les mêmes bactéries que la sinusite, la pharyngite, l'otite moyenne, etc. Ce sont souvent des représentants de la microflore conditionnellement pathogène des muqueuses - staphylocoques, streptocoques, entérocoques, E. coli. Dans des conditions normales, ils ne causent pas de dommages, mais avec une diminution de l'immunité, ils commencent à se multiplier activement, à détruire les cellules du corps et à empoisonner le corps avec leurs produits vitaux.

Les symptômes et le traitement de la trachéite bactérienne aiguë chez l'adulte ont certaines caractéristiques. Ainsi, la présence d'un foyer bactérien d'infection dans la trachée provoque le développement d'un tableau clinique caractéristique:

  • température corporelle élevée (38-39 C);
  • toux pire;
  • les expectorations peuvent apparaître avec des impuretés de pus;
  • la toux s'accompagne de douleurs douloureuses;
  • maux de tête, somnolence, nausées (signes d'intoxication).

Traitement

Le traitement de la trachéite aiguë de nature virale doit être instauré dès que possible, immédiatement après le début des premiers symptômes de la maladie. La première étape consiste à prendre un médicament antiviral (amiksine, néovir, aflubine, etc.). On sait qu'ils montrent la plus grande efficacité lorsqu'ils sont pris le premier jour de la maladie. Si vous avez commencé le traitement après 3 jours de maladie, les antiviraux seront inefficaces. Dans ce cas, la thérapie OT se limite à l'exposition aux expectorations et au traitement symptomatique..

Parmi les médicaments contre la toux, il existe 2 groupes principaux - antitussif et expectorant. Le mécanisme de leur action est complètement différent. Ainsi, des médicaments antitussifs sont appelés qui affectent le centre de la toux dans le cerveau. Ils inhibent le réflexe sous-jacent à la toux. Ces médicaments sont pris strictement selon les prescriptions du médecin. S'il y a beaucoup d'expectorations visqueuses dans les voies respiratoires, l'inhibition de la toux peut avoir de graves conséquences.

La base du traitement sont les médicaments expectorants. Ils affectent la consistance des expectorations, la rendant plus fluide et facilitant l'excrétion..

Un grand groupe d'expectorants sont des mucolytiques. Par exemple, l'acétylcystéine, la substance active de nombreux médicaments mucolytiques (ACC, broncholosine, mucobène, etc.) décompose les protéines d'expectoration et la rend ainsi plus fluide. Séparément, les expectorants d'origine végétale sont isolés. Ce sont des matières premières végétales à l'état pur (plantes médicinales sèches - racine de guimauve, réglisse, fleurs et herbes d'onagre, plantain, bourgeons de pin), ainsi que des sirops et des comprimés à base de ceux-ci (bronchipret, lazolvan, docteur maman et autres). Le matériel végétal peut être acheté à la pharmacie. Il est utilisé pour l'inhalation et est également utilisé par voie orale (sous forme de thé ou d'infusion).

En outre, des médicaments antipyrétiques et analgésiques peuvent être utilisés dans le traitement (si nécessaire).

La trachéite bactérienne aiguë chez l'adulte nécessite un traitement antibiotique. Ce sont des antibiotiques qui vous permettent de détruire le foyer de l'infection et de stopper sa propagation en profondeur dans les voies respiratoires.

Le choix de l'antibiotique dépend de nombreux facteurs. Il est connu que la microflore conditionnellement pathogène, responsable de la plupart des cas de RT bactérienne, est sensible à l'action de nombreux antibiotiques. En règle générale, le médecin prescrit un médicament à base de pénicilline. Cependant, certaines souches de bactéries sont résistantes aux pénicillines. Dans ce cas, le choix du médecin revient aux préparations de céphalosporine ou aux macrolides. Pour choisir l'antibiotique le plus efficace, dites à votre médecin quels médicaments antibactériens vous avez utilisés auparavant, combien de temps vous avez été prescrit, à quelle vitesse les symptômes de la maladie ont disparu, etc..

On peut prescrire au patient des antibiotiques sous forme d'injections ou de comprimés. L'administration en aérosol d'un antibiotique dans la trachée est moins courante mais très efficace. Par exemple, la préparation moderne Bioparox sous forme d'aérosol vous permet de détruire les bactéries qui habitent les voies respiratoires supérieures (du nasopharynx à la trachée). Il est actif contre les streptocoques, les staphylocoques, les pneumocoques et certains autres micro-organismes..

Parallèlement à l'antibiothérapie, le traitement de l'OT bactérienne comprend l'utilisation de médicaments expectorants et anti-inflammatoires.

Caractéristiques du traitement des femmes enceintes

Comment traiter la trachéite aiguë chez une femme enceinte afin que, d'une part, accélère la récupération et élimine l'impact négatif de l'infection sur le fœtus, et d'autre part, ne nuise pas à l'enfant en développement avec des médicaments? La première chose à retenir est qu'une femme enceinte ne doit pas s'automédiquer. Cela s'applique à la fois à l'utilisation de médicaments et à la médecine traditionnelle..

Afin de protéger l'enfant en développement contre les effets de la «chimie», de nombreuses femmes refusent le traitement prescrit par le médecin. Ce n'est pas vrai. Les préparations prescrites aux femmes enceintes ont passé tous les tests et ont montré une bonne tolérance. Ainsi, l'amoxicilline, la flémoxine, la bromhexine, la camomille, le tilleul peuvent être utilisés pendant la gestation et l'allaitement. Ils ne perturbent pas le développement intra-utérin.

Dans le même temps, de nombreux médicaments sont contre-indiqués chez les femmes enceintes. Les fabricants en avertissent toujours dans les instructions. Par exemple, la tétracycline, le furamag, le chloramphénicol, la dioxidine - antibiotiques interdits aux femmes enceintes. De nombreuses plantes médicinales sont également dangereuses - lierre, anis, élécampane, origan, thym, tussilage, plantain, bourgeons de pin, racine de réglisse et guimauve. De plus, ils font partie de divers sirops, frais, etc. C'est pourquoi, avant d'utiliser diverses préparations à base de plantes, la composition doit être lue attentivement. Par exemple, la mucaltine est fabriquée à base de racine de guimauve, qui a un effet abortif. La plupart des médecins ne recommandent pas la mucaltine pendant la grossesse..

De plus, les femmes enceintes devraient abandonner les analgésiques antipyrétiques tels que l'aspirine et l'analgine. Si nécessaire, ils peuvent être remplacés par du paracétamol ou de l'ibuprofène..

Il convient de rappeler que toutes les procédures thermiques (enduits à la moutarde, bains de vapeur, frottements, compresses, inhalations chaudes) sont également contre-indiquées pendant la grossesse.

ICD 10. Classe X (J00-J99)

CIM 10. Classe X. Maladies respiratoires (J00-J99)

Remarque • Si les lésions respiratoires impliquent plus d'un
région anatomique non spécifiquement désignée, son
doit être qualifiée anatomiquement en dessous de la localisation localisée (par exemple, la trachéobronchite est codée
comme la bronchite sous J40).
Exclut: les conditions individuelles survenant pendant la période périnatale (P00-P96)
certaines maladies infectieuses et parasitaires (A00-B99)
complications de la grossesse, de l'accouchement et de la puerpéralité (O00-O99)
malformations congénitales, déformations et anomalies chromosomiques (Q00-Q99)
maladies endocriniennes, nutritionnelles et métaboliques (E00-E90)
blessures, empoisonnement et autres conséquences de l'exposition à des causes externes (S00-T98)
néoplasmes (C00-D48)
symptômes, signes, anomalies identifiés dans les études cliniques et de laboratoire, non classés ailleurs (R00-R99)

Cette classe contient les blocs suivants:
J00-J06 Infections respiratoires aiguës des voies respiratoires supérieures
J10-J18 Grippe et pneumonie

J20-J22 Autres infections aiguës des voies respiratoires inférieures
J30-J39 Autres maladies des voies respiratoires supérieures
J40-J47 Maladie chronique des voies respiratoires inférieures
J60-J70 Maladie pulmonaire causée par des agents externes
J80-J84 Autres maladies respiratoires affectant principalement le tissu interstitiel
J85-J86 Conditions purulentes et nécrotiques des voies respiratoires inférieures
J90-J94 Autres maladies pleurales
J95-J99 Autres maladies respiratoires

Les catégories suivantes sont marquées d'un astérisque:
J17 * Pneumonie dans les maladies classées ailleurs
J91 * Épanchement pleural dans des affections classées ailleurs
J99 * ​​Troubles respiratoires dans les maladies classées ailleurs

INFECTIONS RESPIRATOIRES SUPÉRIEURES AIGUËS (J00-J06)

Exclut: maladie pulmonaire obstructive chronique avec exacerbation de NOS (J44.1)

J00 Nasopharyngite aiguë (nez qui coule)

Nez qui coule (aigu)
Catarrhe aigu du nez
Nasopharyngite:
• EDR
• SAI infectieux
Rhinite:
• tranchant
• infectieux
Exclut: rhinopharyngite chronique (J31.1)
pharyngite:
• EDR (J02.9)
• net (J02. -)
• chronique (J31.2)
rhinite:
• EDR (J31.0)
• allergique (J30.1-J30.4)
• chronique (J31.0)
• vasomoteur (J30.0)

J01 Sinusite aiguë

Inclus:
abcès>
empyème> sinus aigu
infection> (annexes) (nasale)
inflammation>
suppuration>
Si nécessaire, identifiez l'agent infectieux
utiliser un code supplémentaire (B95-B97).
Exclut: sinusite chronique ou SAI (J32. -)

J01.0 Sinusite maxillaire aiguë. Antrit aigu
J01.1 Sinusite frontale aiguë
J01.2 Sinusite ethmoïdale aiguë
J01.3 Sinusite sphénoïde aiguë
J01.4 Pansinusite aiguë
J01.8 Autres sinusites aiguës Sinusite aiguë impliquant plus d'un sinus, mais pas de pansinusite
J01.9 Sinusite aiguë, sans précision

J02 Pharyngite aiguë

Inclus: mal de gorge aigu

Exclus: abcès:
• péri-amygdalien (J36)
• pharyngé (J39.1)
• rétropharyngé (J39.0)
laryngopharyngite aiguë (J06.0)
pharyngite chronique (J31.2)

J02.0 Pharyngite streptococcique. Maux de gorge streptococciques
Exclut: scarlatine (A38)
J02.8 Pharyngite aiguë due à d'autres agents pathogènes spécifiés
Si nécessaire, identifiez un agent infectieux à l'aide d'un code supplémentaire (B95-B97).
Exclus: appelé (à):
• mononucléose infectieuse (B27. -)
• virus de la grippe:
• identifié (J10.1)
• non identifié (J11.1)
pharyngite:
• vésiculaire entéroviral (B08.5)
• causée par le virus de l'herpès simplex [herpès simplex] (B00.2)
J02.9 Pharyngite aiguë, sans précision
Pharyngite (aiguë):
• EDR
• gangreneuse
• SAI infectieux
• purulent
• ulcératif
• Maux de gorge (aigus) SAI

J03 Amygdalite aiguë

Exclut: abcès péri-amygdalien (J36)
Gorge irritée:
• EDR (J02.9)
• aigu (J02. -)
• streptocoque (J02.0)

J03.0 Amygdalite streptococcique
J03.8 Amygdalite aiguë due à d'autres agents pathogènes spécifiés
Si nécessaire, identifiez un agent infectieux à l'aide d'un code supplémentaire (B95-B97).
Exclut: pharyngotonzillite causée par le virus de l'herpès simplex [herpès simplex] (B00.2)
J03.9 Amygdalite aiguë, sans précision
Amygdalite (aiguë):
• EDR
• folliculaire
• gangreneuse
• infectieux
• ulcératif

J04 Laryngite aiguë et trachéite

Si nécessaire, identifiez un agent infectieux à l'aide d'un code supplémentaire (B95-B97).
Exclut: laryngite obstructive aiguë [croupe] et épiglottite (J05. -)
laryngisme (stridor) (J38.5)

J04.0 Laryngite aiguë
Laryngite (aiguë):
• EDR
• œdémateux
• sous l'unité vocale réelle
• purulent
• ulcératif
Exclut: laryngite chronique (J37.0)
laryngite grippale, virus grippal:
• identifié (J10.1)
• non identifié (J11.1)
J04.1 Trachéite aiguë
Trachéite (aiguë):
• EDR
• catarrhale
Exclut: trachéite chronique (J42)
J04.2 Laryngotrachéite aiguë. Laryngotrachéite
Trachéite (aiguë) avec laryngite (aiguë)
Exclut: laryngotrachéite chronique (J37.1)

J05 Laryngite obstructive aiguë [croupe] et épiglottite

Si nécessaire, identifiez l'agent infectieux
utiliser un code supplémentaire (B95-B97).

J05.0 Laryngite obstructive aiguë [croupe]. Laryngite obstructive SAI
J05.1 Épiglottite aiguë. Épiglottite SAI

J06 Infections aiguës des voies respiratoires supérieures de localisation multiple et sans précision

Exclut: infections respiratoires aiguës SAI (J22)
virus de la grippe:
• identifié (J10.1)
• non identifié (J11.1)

J06.0 Laryngopharyngite aiguë
J06.8 Autres infections aiguës des voies respiratoires supérieures de localisation multiple
J06.9 Infection aiguë des voies respiratoires supérieures, sans précision
Des voies respiratoires supérieures:
• maladie aiguë
• infection SAI

INFLUENZA ET PNEUMONIE (J10-J18)

J10 Grippe causée par un virus grippal identifié

Exclut: causé par Haemophilus influenzae
[Baguette d'Afanasyev-Pfeiffer]:
• infection SAI (A49.2)
• méningite (G00.0)
• pneumonie (J14)

J10.0 Grippe avec pneumonie, virus grippal identifié. Pneumonie grippale (broncho), virus grippal identifié
J10.1 Grippe avec d'autres manifestations respiratoires, virus grippal identifié
Grippe>
Grippe:>
• infection respiratoire aiguë> virus de la grippe
voies respiratoires supérieures> identifiées
• laryngite>
• pharyngite>
• épanchement pleural>
J10.8 Grippe avec d'autres manifestations, virus grippal identifié
Encéphalopathie causée par>
grippe>
Grippe:> virus grippal
• gastro-entérite> identifié
• myocardite (aiguë)>

J11 Grippe, virus non identifié

Inclus: grippe> mention d'identification
grippe virale> pas de virus
Exclus: causé par Haemophilus influenzae [coli
Afanasyev-Pfeiffer]:
• infection SAI (A49.2)
• méningite (G00.0)
• pneumonie (J14)

J11.0 Grippe avec pneumonie, virus non identifié
Pneumonie grippale (broncho), sans précision ou sans mention d'identification du virus
J11.1 Grippe avec d'autres manifestations respiratoires, virus non identifié. Grippe SAI
Grippe:>
• infection respiratoire aiguë> non spécifié
des voies respiratoires supérieures> ou le virus n'est pas
• laryngite> identifiée
• pharyngite>
• épanchement pleural>
J11.8 Grippe avec d'autres manifestations, virus non identifié
Encéphalopathie grippale>
Grippe:> sans précision
• gastro-entérite> ou le virus n'est pas
• myocardite (aiguë)> identifiée

J12 Pneumonie virale, non classée ailleurs

Inclus: bronchopneumonie causée par des virus autres que le virus de la grippe
Exclut: pneumonie à rubéole congénitale (P35.0)
pneumonie:
• aspiration:
• EDR (J69.0)
sous anesthésie:
• lors de l'accouchement et de l'accouchement (O74.0)
• pendant la grossesse (O29.0)
• pendant la période post-partum (O89.0)
• nouveau-né (P24.9)
• par inhalation de substances solides et liquides (J69. -)
• congénitale (P23.0)
• avec grippe (J10.0, J11.0)
• NOS interstitiel (J84.9)
• gras (J69.1)

J12.0 Pneumonie adénovirale
J12.1 Pneumonie à virus respiratoire syncytial
J12.2 Pneumonie causée par le virus parainfluenza
J12.8 Autre pneumonie virale
J12.9 Pneumonie virale, sans précision

J13 Streptococcus pneumoniae pneumonie

S • pneumonie bronchopneumonie
Exclut: pneumonie congénitale due à S. pneumoniae (P23.6)
pneumonie causée par d'autres streptocoques (J15.3-J15.4)

J14 Pneumonie causée par Haemophilus influenzae [bâton Afanasyev-Pfeiffer]

H • bronchopneumonie grippale
Exclut: pneumonie congénitale due à H. influenzae (P23.6)

J15 Pneumonie bactérienne, non classée ailleurs

Inclus: bronchopneumonie causée par autre que
Bactéries S. pneumoniae et H. influenza
Exclut: pneumonie à chlamydia (J16.0)
pneumonie congénitale (P23. -)
Maladie du légionnaire (A48.1)

J15.0 Pneumonie due à Klebsiella pneumoniae
J15.1 Pneumonie à Pseudomonas (Pseudomonas aeruginosa)
J15.2 Staphylococcus pneumoniae
J15.3 Pneumonie causée par le streptocoque du groupe B
J15.4 Pneumonie causée par d'autres streptocoques
Exclut: pneumonie causée par:
• Streptocoque groupe B (J15.3)
• Streptococcus pneumoniae (J13)
J15.5 Pneumonie due à Escherichia coli
J15.6 Pneumonie causée par d'autres bactéries aérobies à Gram négatif Pneumonie causée par Serratia marcescens
J15.7 Pneumonie due à Mycoplasma pneumoniae
J15.8 Autres pneumonies bactériennes
J15.9 Pneumonie bactérienne, sans précision

J16 Pneumonie causée par d'autres agents pathogènes infectieux, non classée ailleurs

Exclut: ornithose (A70)
pneumocystose (B59)
pneumonie:
• EDR (J18.9)
• congénitale (P23. -)
J16.0 Chlamydia pneumonia
J16.8 Pneumonie causée par d'autres agents infectieux spécifiés

J17 * Pneumonie dans les maladies classées ailleurs

J17.0 * Pneumonie dans les maladies bactériennes classées ailleurs
Pneumonie avec:
• actinomycose (A42.0 +)
• anthrax (A22.1 +)
• gonorrhée (A54.8 +)
• nocardiose (A43.0 +)
• salmonellose (A02.2 +)
• tularémie (A21.2 +)
• fièvre typhoïde (A01.0 +)
• coqueluche (A37. - +)
J17.1 * Pneumonie dans les maladies virales classées ailleurs
Pneumonie avec:
• maladie du cytomégalovirus (B25.0 +)
• rougeole (B05.2 +)
• rubéole (B06.8 +)
• varicelle (B01.2 +)
J17.2 * Pneumonie avec mycose
Pneumonie avec:
• aspergillose (B44.0-B44.1 +)
• candidose (B37.1 +)
• coccidioïdomycose (B38.0-B38.2 +)
• histoplasmose (B39. - +)
J17.3 * Pneumonie dans les maladies parasitaires
Pneumonie avec:
• ascariose (B77.8 +)
• schistosomiase (B65. - +)
• toxoplasmose (B58.3 +)
J17.8 * Pneumonie dans d'autres maladies classées ailleurs
Pneumonie avec:
• ornithose (A70 +)
• Fièvre Q (A78 +)
• fièvre rhumatismale (I00 +)
• spirochétose, non classée ailleurs (A69.8 +)

J18 Pneumonie sans agent spécifiant

Exclut: abcès pulmonaire avec pneumonie (J85.1)
maladie pulmonaire interstitielle médicinale (J70.2-J70.4)
pneumonie:
• aspiration:
• EDR (J69.0)
• sous anesthésie:
• lors de l'accouchement et de l'accouchement (O74.0)
• pendant la grossesse (O29.0)
• pendant la période post-partum (O89.0)
• nouveau-né (P24.9)
• par inhalation de substances solides et liquides (J69. -)
• congénitale (P23.9)
• NOS interstitiel (J84.9)
• gras (J69.1)
pneumonie causée par des agents externes (J67-J70)

J18.0 Bronchopneumonie, sans précision
Exclut: bronchiolite (J21. -)
J18.1 Pneumonie lobaire non précisée
J18.2 Pneumonie hypostatique, sans précision
J18.8 autres pneumonies, sans précision
J18.9 Pneumonie, sans précision

AUTRES INFECTIONS RESPIRATOIRES AIGUES
VOIES RESPIRATOIRES INFÉRIEURES (J20-J22)

Exclut: maladie pulmonaire obstructive chronique avec:
• exacerbation de NOS (J44.1)
• infection respiratoire aiguë des voies respiratoires inférieures (J44.0)

J20 Bronchite aiguë

Inclus: bronchite:
• NOS pour les moins de 15 ans
• nette et subaiguë ©:
• bronchospasme
• fibrineux
• membraneux
• purulent
• septique
• trachéite
trachéobronchite aiguë
Exclut: bronchite:
• SAI chez les personnes âgées de 15 ans et plus (J40)
• NOS allergique (J45.0)
• chronique:
• EDR (J42)
• mucopurulent (J41.1)
• obstructive (J44. -)
• simple (J41.0)
trachéobronchite:
• EDR (J40)
• chronique (J42)
• obstructive (J44. -)

J20.0 Bronchite aiguë due à Mycoplasma pneumoniae
J20.1 Bronchite aiguë due à Haemophilus influenzae [bâton Afanasyev-Pfeiffer]
J20.2 Bronchite aiguë due au streptocoque
J20.3 Bronchite aiguë due au virus coxsackie
J20.4 Bronchite aiguë due au virus parainfluenza
J20.5 Bronchite aiguë due au virus respiratoire syncytial
J20.6 Bronchite aiguë due au rhinovirus
J20.7 Bronchite aiguë due à l'échovirus
J20.8 Bronchite aiguë due à d'autres agents spécifiés
J20.9 Bronchite aiguë, sans précision

J21 Bronchiolite aiguë

Inclus: avec bronchospasme
J21.0 Bronchiolite aiguë due au virus respiratoire syncytial
J21.8 Bronchiolite aiguë causée par d'autres agents spécifiés
J21.9 Bronchiolite aiguë, sans précision Bronchiolite (aiguë)

J22 Infection respiratoire aiguë des voies respiratoires inférieures, sans précision

Infection respiratoire aiguë (inférieure) (voies respiratoires) SAI
Exclut: infection respiratoire des voies respiratoires supérieures (aiguë) (J06.9)

AUTRES MALADIES RESPIRATOIRES SUPÉRIEURES (J30-J39)

J30 Rhinite vasomotrice et allergique

Inclus: rhinite spasmodique
Exclut: rhinite allergique avec asthme (J45.0)
Rhinite SAI (J31.0)

J30.0 Rhinite vasomotrice
J30.1 Rhinite allergique causée par le pollen végétal Allergie au NOS causée par le pollen végétal
Rhume des foins. Rhume des foins
J30.2 Autres rhinites allergiques saisonnières
J30.3 Autres rhinites allergiques Rhinite allergique toute l'année
J30.4 rhinite allergique, sans précision

J31 Rhinite chronique, rhinopharyngite et pharyngite

J31.0 Rhinite chronique Ozena
Rhinite (chronique):
• EDR
• atrophique
• granulomateux
• hypertrophique
• colmatage
• purulent
• ulcératif
Exclus: rhinite:
• allergique (J30.1-J30.4)
• vasomoteur (J30.0)
J31.1 Nasopharyngite chronique
Exclut: rhinopharyngite aiguë ou SAI (J00)
J31.2 Pharyngite chronique. Maux de gorge chroniques
Pharyngite (chronique):
• atrophique
• granulaire
• hypertrophique
Exclut: pharyngite aiguë ou SAI (J02.9)

J32 Sinusite chronique

Inclus: abcès>
empyème> sinus chronique
infection> (annexes) (nasale)
suppuration>
Si nécessaire, identifiez un agent infectieux à l'aide d'un code supplémentaire (B95-B97).
Exclut: sinusite aiguë (J01. -)

J32.0 Sinusite maxillaire chronique. Anthrite (chronique). Sinusite maxillaire SAI
J32.1 Sinusite frontale chronique Sinusite frontale SAI
J32.2 Sinusite ethmoïde chronique. Sinusite ethmoïdale SAI
J32.3 Sinusite sphénoïde chronique Sinusite sphénoïde SAI
J32.4 Pansinusite chronique Pansinusite SAI
J32.8 Autres sinusites chroniques Sinusite (chronique) impliquant plus d'un sinus mais pas de pansinusite
J32.9 Sinusite chronique, sans précision Sinusite (chronique) SAI

J33 Nose Polyp

Exclut: les polypes adénomateux (D14.0)

J33.0 Polype de la cavité nasale
Polype:
• choanal
• nasopharyngé
J33.1 Dégénérescence des sinus polypes. Syndrome de réveil ou ethmoïdite
J33.8 Autres polypes sinusaux
Polypes sinusaux:
• subordonnée
• ethmoïdal
• maxillaire
• sphénoïdale
J33.9 polype nasal, sans précision

J34 Autres maladies du nez et des sinus nasaux

Exclut: ulcère variqueux du septum nasal (I86.8)

J34.0 Abcès, ébullition et escarboucle nasale
Cellulite>
Nécrose> nez (septum)
Ulcération>
J34.1 Kyste ou mucocèle du sinus nasal
J34.2 Septum nasal déplacé. Courbure ou déplacement du septum (nasal) (acquis)
J34.3 Hypertrophie de la concha nasale
J34.8 Autres maladies précisées du nez et des sinus nasaux. Perforation du septum nasal SAI. Rhinolite

J35 Maladies chroniques des amygdales et des végétations adénoïdes

J35.0 Amygdalite chronique
Exclus: amygdalite:
• EDR (J03.9)
• net (J03. -)
J35.1 Hypertrophie des amygdales. Agrandissement des amygdales
J35.2 Hypertrophie des végétations adénoïdes. Agrandissement des adénoïdes
J35.3 Hypertrophie des amygdales avec hypertrophie adénoïde
J35.8 Autres maladies chroniques des amygdales et des végétations adénoïdes
Croissances adénoïdes. Amygdalolite. Cicatrice de l'amygdale (et adénoïde). "Étiquettes" amygdaliennes. Ulcère des amygdales
J35.9 Maladie chronique des amygdales et des végétations adénoïdes, sans précision Maladie (chronique) des amygdales et des végétations adénoïdes SAI

Abcès péri-amygdalien J36

Abcès des amygdales. Cellulite péri-amygdalienne. Quincy
Si nécessaire, identifiez un agent infectieux à l'aide d'un code supplémentaire (B95-B97).
Exclut: abcès rétropharyngé (J39.0)
amygdalite:
• EDR (J03.9)
• net (J03. -)
• chronique (J35.0)

J37 Laryngite chronique et laryngotrachéite

Si nécessaire, identifiez un agent infectieux à l'aide d'un code supplémentaire (B95-B97).

J37.0 Laryngite chronique
Laryngite:
• catarrhale
• hypertrophique
• sec
Exclut: laryngite:
• EDR (J04.0)
• net (J04.0)
• obstructive (aiguë) (J05.0)
J37.1 Laryngotrachéite chronique. Laryngite chronique avec trachéite (chronique). Trachéite chronique avec laryngite
Exclut: laryngotrachéite:
• EDR (J04.2)
• net (J04.2)
trachéite:
• EDR (J04.1)
• net (J04.1)
• chronique (J42)

J38 Maladies des cordes vocales et du larynx, non classées ailleurs

Exclut: stridor laryngé congénital (Q31.4)
laryngite:
• obstructive (aiguë) (J05.0)
• ulcéreuse (J04.0)
sténose laryngée post-opératoire sous l'appareil vocal réel (J95.5)
stridor (R06.1)

J38.0 Paralysie des cordes vocales et du larynx. Laryngoplegia. Paralysie de l'appareil vocal réel
J38.1 Polype de cordes vocales et de larynx
Exclut: les polypes adénomateux (D14.1)
J38.2 Nodules de pli vocal
Chordite (fibreuse) (nodulaire) (tuberculeuse). Nodules de chanteurs. Nodules de l'enseignant
J38.3 Autres maladies des cordes vocales
Abcès>
Cellulite>
Granulome> cordes vocales
Leuckeratose>
Leucoplasie>
J38.4 Oedème laryngé
Œdème:
• le véritable appareil vocal
• sous l'unité vocale réelle
• au-dessus de l'unité vocale réelle
Exclut: laryngite:
• obstructive aiguë [croupe] (J05.0)
• œdémateux (J04.0)

J38.5 Spasme laryngé Laryngisme (stridor)
J38.6 Sténose du larynx
J38.7 Autres maladies du larynx
Abcès>
Cellulite>
Maladie NOSA>
Nécrose> Larynx
Pachydermie>
Périchondrite>

J39 Autres maladies des voies respiratoires supérieures

Exclut: infections respiratoires aiguës SAI (J22)
• voies respiratoires supérieures (J06.9)
inflammation des voies respiratoires supérieures causée par des produits chimiques, des gaz, des fumées et des vapeurs (J68.2)

J39.0 Abcès rétropharyngé et parapharyngé. Abcès périharyngé
Exclut: abcès péri-amygdalien (J36)
J39.1 Un autre abcès pharyngé. Cellulite du pharynx. Abcès nasopharyngé
J39.2 Autres maladies du pharynx
Kyste> pharynx ou
Oedème> Nasopharynx
Exclut: pharyngite:
• chronique (J31.2)
• ulcéreuse (J02.9)
J39.3 Réaction d'hypersensibilité des voies respiratoires supérieures, localisation non précisée
J39.8 Autres maladies précisées des voies respiratoires supérieures
J39.9 Maladie des voies respiratoires supérieures, sans précision

MALADIES CHRONIQUES DE LA VOIE RESPIRATOIRE INFÉRIEURE (J40-J47)

Exclut: la fibrose kystique (E84. -)

J40 Bronchite, sans précision comme aiguë ou chronique

Remarque • La bronchite, sans précision comme aiguë ou chronique, chez les personnes de moins de 15 ans peut être considérée de nature aiguë et doit être considérée
à la position J20. Bronchite:
• EDR
• catarrhale
• avec trachéite SAI
Trachéobronchite SAI
Exclut: bronchite:
• NOS allergique (J45.0)
• NOS asthmatique (J45.9)
• causés par des produits chimiques (aigus) (J68.0)

J41 Bronchite chronique simple et mucopurulente

Exclut: bronchite chronique:
• EDR (J42)
• obstructive (J44. -)
J41.0 Bronchite chronique simple
J41.1 Bronchite mucopurulente chronique
J41.8 Bronchite chronique mixte, simple et mucopurulente

J42 Bronchite chronique, sans précision

Chronique:
• bronchite SAI
• trachéite
• trachéobronchite
Exclut: chronique:
• bronchite asthmatique (J44. -)
• bronchite:
• simple et mucopurulent (J41. -)
• avec obstruction des voies respiratoires (J44. -)
• bronchite emphysémateuse (J44. -)
• maladie pulmonaire obstructive SAI (J44.9)

Emphysème J43

Exclus: emphysème:
• compensatoire (J98.3)
• causés par des produits chimiques, des gaz, des fumées et des vapeurs (J68.4)
• interstitiel (J98.2)
• nouveau-né (P25.0)
• médiastinale (J98.2)
• chirurgicale (sous-cutanée) (T81.8)
• sous-cutané traumatique (T79.7)
• avec bronchite chronique (obstructive) (J44. -)
• bronchite emphysémateuse (obstructive) (J44. -)

Syndrome de McLeod J43.0
Simple face:
• emphysème
• transparence pulmonaire
J43.1 Emphysème panlobulaire Emphysème panacinaire
J43.2 Emphysème centrilobulaire
J43.8 Autre emphysème
J43.9 Emphysème (poumon) (pulmonaire):
• EDR
• bulleux
• vésiculaire
Vésicule emphysémateuse

J44 Autres maladies pulmonaires obstructives chroniques

Inclus: chronique:
• bronchite:
• asthmatique (obstructif)
• emphysémateux
• avec:
• Obstruction des voies respiratoires
• emphysème
• obstructif:
• asthme
• bronchite
• trachéobronchite
Exclut: l'asthme (J45. -)
bronchite asthmatique SAI (J45.9)
bronchiectasie (J47)
chronique:
• bronchite:
• EDR (J42)
• simple et mucopurulent (J41. -)
• trachéite (J42)
• trachéobronchite (J42)
emphysème (J43. -)
maladie pulmonaire causée par des agents externes (J60-J70)

J44.0 Maladie pulmonaire obstructive chronique avec infection aiguë des voies respiratoires inférieures
Exclut: avec grippe (J10-J11)
J44.1 Maladie pulmonaire obstructive chronique, exacerbation, sans précision
J44.8 Autres maladies pulmonaires obstructives chroniques précisées
Bronchite chronique:
• NSA asthmatique (obstructive)
• SAI emphysémateuse
• NOS obstructif
J44.9 Maladie pulmonaire obstructive chronique, sans précision
Obstructive chronique:
• maladie des voies respiratoires SAI
• maladie pulmonaire SAI

J45 Asthme

Exclut: l'asthme aigu sévère (J46)
bronchite asthmatique chronique (obstructive) (J44. -)
asthme obstructif chronique (J44. -)
asthme éosinophile (J82)
maladie pulmonaire causée par des agents externes (J60-J70)
état asthmatique (J46)

J45.0 Asthme avec prédominance d'un composant allergique
Allergique:
• bronchite SAI
• rhinite avec asthme
L'asthme atopique. Asthme allergique exogène. Rhume des foins avec asthme
J45.1 Asthme non allergique Asthme idiosyncratique. Asthme endogène non allergique
J45.8 Asthme mixte Combinaison de conditions spécifiées dans les sections J45.0 et J45.1
J45.9 Asthme, sans précision Bronchite asthmatique SAI. Asthme tardif

J46 État asthmatique [état asthmatique]

Asthme sévère aigu

Bronchectasie J47

Bronchiolectasis
Exclut: bronchectasie congénitale (Q33.4)
bronchiectasie tuberculeuse (maladie actuelle) (A15-A16)

MALADIES PULMONAIRES CAUSÉES PAR DES AGENTS EXTÉRIEURS (J60-J70)

Exclut: l'asthme classé en J45.

Pneumoconiose au carbone J60

Anthracosilicose. Anthracose. Poumon du charbonnier
Exclut: avec tuberculose (J65)

J61 Pneumoconiose due à l'amiante et à d'autres minéraux

Asbestose
Exclut: plaque pleurale avec asbestose (J92.0) avec tuberculose (J65)

J62 Pneumoconiose due à la poussière contenant du silicium

Inclus: fibrose silicatée (étendue) du poumon
Exclut: pneumoconiose avec tuberculose (J65)

J62.0 Pneumoconiose due à la poussière de talc
J62.8 Pneumoconiose due à d'autres poussières contenant du silicium. Silicose NOS

J63 Pneumoconiose due à d'autres poussières inorganiques

Exclut: avec tuberculose (J65)

J63.0 Aluminium (poumon)
J63.1 Fibrose de bauxite (poumon)
J63.2 bérylliose
J63.3 Fibrose graphite (poumon)
J63.4 Sidérose
J63.5 Stannoz
J63.8 Pneumoconiose due à d'autres poussières inorganiques spécifiées

Pneumoconiose J64, sans précision

Exclut: avec tuberculose (J65)

J65 Pneumoconiose associée à la tuberculose

Toute condition spécifiée dans J60-J64, en combinaison avec une tuberculose classée dans A15-A16

J66 Maladie des voies respiratoires causée par des poussières organiques spécifiques

Exclut: la bagassose (J67.1)
poumon d'agriculteur (J67.0)
pneumonie hypersensible due à la poussière organique (J67. -)
syndrome de dysfonctionnement réactif des voies respiratoires (J68.3)

J66.0 Byssinose Maladie respiratoire de la poussière de coton
J66.1 Maladie du flipper du lin
J66.2 Cannabinoz
J66.8 Maladie des voies respiratoires causée par d'autres poussières organiques spécifiées

J67 Pneumonie hypersensible due à la poussière organique

Inclus: alvéolite allergique et pneumonie causées par l'inhalation de poussières organiques et de particules de champignons,
actinomycètes ou particules d'autres origines
Exclut: pneumonie due à l'inhalation de produits chimiques, de gaz, de fumées et de vapeurs (J68.0)

J67.0 Poumon de l'agriculteur [travailleur agricole]. Le poumon de la faucheuse. Tonte facile. Maladie du foin moisi
J67.1 Bagassose (à partir de poussières de canne à sucre)
Bagasse:
• maladie
• pneumonite
J67.2 Poumon de volaille
La maladie, ou poumon, d'un amoureux des perroquets. Maladie ou poumon de la colombe
J67.3 Suberosis Maladie, ou poumon, d'un conducteur de liège. Maladie du liège ou poumon
J67.4 Malt léger. Alvéolite causée par Aspergillus clavatus
J67.5 Poumon de travail des champignons
J67.6 Cueilleur léger d'écorce d'érable. Alvéolite causée par Cryptostroma corticale. Cryptostromose
J67.7 Lumière en contact avec la climatisation et les humidificateurs
Alvéolite allergique causée par des moisissures fongiques, des actinomycètes thermophiles et d'autres micro-organismes qui se multiplient dans les systèmes de ventilation [conditionnement] de l'air
J67.8 Pneumonie hypersensible due à d'autres poussières organiques
Rondelle à fromage légère. Moulin à café léger. Poumon d'un travailleur dans une usine de pêche. Poumon de Furman [fourreur]
Poumon séquoia
J67.9 Pneumonie hypersensible due à des poussières organiques non spécifiées
Alvéolite allergique (exogène) SAI. Pneumonie hypersensible NSA

J68 Conditions respiratoires dues à l'inhalation de produits chimiques, gaz, fumées et vapeurs

Pour identifier la cause, utilisez un code supplémentaire de causes externes (classe XX).

J68.0 Bronchite et pneumonite dues aux produits chimiques, gaz, fumées et vapeurs
Bronchite chimique (aiguë)
J68.1 Oedème pulmonaire aigu dû à des produits chimiques, des gaz, des fumées et des vapeurs
Oedème pulmonaire chimique (aigu)
J68.2 Inflammation des voies respiratoires supérieures causée par des produits chimiques, des gaz, des fumées et des vapeurs, non classés ailleurs
J68.3 Autres affections respiratoires aiguës et subaiguës causées par des produits chimiques, des gaz, des fumées et des vapeurs
Syndrome de dysfonction respiratoire réactive

J68.4 Conditions respiratoires chimiques causées par des produits chimiques, des gaz, des fumées et des vapeurs. Emphysème (diffus) (chronique)> inhalation (induit) Bronchite oblitérante (chronique> chimique) (subaiguë)> substances, gaz. Fibrose pulmonaire (chronique)> fumées et vapeurs
J68.8 Autres affections respiratoires causées par des produits chimiques, des gaz, des fumées et des vapeurs
J68.9 Conditions respiratoires non précisées dues à des produits chimiques, des gaz, des fumées et des vapeurs

J69 Pneumonite causée par des solides et des liquides

Pour identifier la cause, utilisez un code supplémentaire de causes externes (classe XX).
Exclut: le syndrome d'aspiration néonatale (P24. -)

J69.0 Pneumonite due à la nourriture et au vomissement
Pneumonie par aspiration (causée):
• EDR
• nourriture (avec régurgitation)
• suc gastrique
• Lait
• vomir
Exclut: le syndrome de Mendelssohn (J95.4)
J69.1 Pneumonite due à l'inhalation d'huiles et d'essences. Pneumonie grasse
J69.8 Pneumonite causée par d'autres solides et liquides. Pneumonie par aspiration sanguine

J70 Conditions respiratoires causées par d'autres agents externes

Pour identifier la cause, utilisez un code supplémentaire de causes externes (classe XX).

J70.0 Manifestations pulmonaires aiguës dues aux radiations. Pneumopathie radique
J70.1 Manifestations pulmonaires chroniques et autres dues aux rayonnements. Fibrose pulmonaire due aux radiations
J70.2 Affections pulmonaires interstitielles aiguës causées par des médicaments
J70.3 Affections pulmonaires interstitielles chroniques causées par des médicaments
J70.4 Affections interstitielles pulmonaires, sans précision, causées par des médicaments
J70.8 Conditions respiratoires causées par d'autres agents externes spécifiés
J70.9 Conditions respiratoires dues à des agents externes non spécifiés

AUTRES MALADIES RESPIRATOIRES, INFECTIONS PRINCIPALES
TISSU INTERSTITIEL (J80-J84)

Syndrome de trouble respiratoire adulte J80

Maladie de la membrane hyaline adulte

J81 Oedème pulmonaire

Oedème pulmonaire aigu. Congestion pulmonaire (passive)
Exclut: pneumonie hypostatique (J18.2)
œdème pulmonaire:
• chimique (aigu) (J68.1)
• causés par des agents externes (J60-J70)
• avec mention d'une maladie cardiaque SAI ou d'une insuffisance cardiaque (I50.1)

J82 Éosinophilie pulmonaire, non classée ailleurs

Asthme éosinophile. Pneumonie de Leffler. Éosinophilie tropicale (pulmonaire) SAI
Exclus: causé par:
• aspergillose (B44. -)
• médicaments (J70.2-J70.4)
• infection parasitaire spécifiée (B50-B83)
• lésions systémiques du tissu conjonctif (M30-M36)

J84 Autres maladies pulmonaires interstitielles

Exclut: les maladies pulmonaires interstitielles causées par des médicaments (J70.2-J70.4)
emphysème interstitiel (J98.2)
maladie pulmonaire causée par des agents externes (J60-J70)
pneumonite interstitielle lymphoïde du virus de l'immunodéficience humaine [VIH] (B22.1)

J84.0 Troubles alvéolaires et pariéto-alvéolaires. Protéinose alvéolaire. Microlithiase alvéolaire pulmonaire
J84.1 Autre maladie pulmonaire interstitielle avec fibrose
Fibrose pulmonaire diffuse. Alvéolite fibrosante (cryptogénique). Syndrome de Hamman Rich
Fibrose pulmonaire idiopatique
Exclut: fibrose pulmonaire (chronique):
• causé par l'inhalation de produits chimiques,
gaz, fumées ou vapeurs (J68.4)
• causée par le rayonnement (J70.1)
J84.8 Autres maladies pulmonaires interstitielles précisées
J84.9 Maladie pulmonaire interstitielle, sans précision Pneumonie interstitielle SAI

Conditions purulentes et nécrotiques des voies respiratoires inférieures (J85-J86)

J85 Abcès du poumon et médiastin

J85.0 Gangrène et nécrose pulmonaire
J85.1 Abcès pulmonaire avec pneumonie
Exclut: avec pneumonie causée par le lem excité spécifié (J10-J16)
J85.2 Abcès pulmonaire sans pneumonie. Abcès du poumon SAI
J85.3 Abcès médiastinal

J86 pyothorax

Inclus: abcès:
• plèvre
• poitrine
empyème
pyopneumothorax
Si nécessaire, un code supplémentaire est utilisé pour identifier l'agent pathogène (B95-B97).
Exclut: en raison de la tuberculose (A15-A16)

J86.0 Pyothorax avec fistule
J86.9 Pyothorax sans fistule

AUTRES MALADIES DE PLEURA (J90-J94)

J90 ​​Épanchement pleural, non classé ailleurs

Pleurésie pleurésie
Exclut: épanchement du chylus (pleural) (J94.0)
pleurésie SAI (R09.1)
tuberculose (A15-A16)

J91 * Épanchement pleural dans des affections classées ailleurs

Plaque pleurale J92

Inclus: épaississement pleural

J92.0 Plaque pleurale en référence à l'amiantose
J92.9 Plaque pleurale sans mention d'amiantose Plaque pleurale NSA

Pneumothorax J93

Exclut: pneumothorax:
• congénitale ou périnatale (P25.1)
• traumatique (S27.0)
• tuberculose (cas actuel) (A15-A16) pyopneumothorax (J86. -)

J93.0 Stress pulmonaire spontané
J93.1 Autre pneumothorax spontané
J93.8 Autre pneumothorax
J93.9 pneumothorax, sans précision

J94 Autres lésions pleurales

Exclut: pleurésie SAI (R09.1)
traumatique:
• hémopneumothorax (S27.2)
• hémothorax (S27.1)
tuberculose pleurale (cas actuel) (A15-A16)

J94.0 Épanchement de Chylus. Épanchement chéloïde
J94.1 Fibrothorax
J94.2 Hemothorax Hémopneumothorax
J94.8 Autres affections pleurales précisées. Hydrothorax
J94.9 Lésion pleurale, sans précision

AUTRES MALADIES RESPIRATOIRES (J95-J99)

J95 Troubles respiratoires après intervention médicale, non classés ailleurs

Exclut: emphysème (sous-cutané) postprocédural (T81.8)
manifestations pulmonaires dues aux rayonnements (J70.0-J70.1)

J95.0 Dysfonction de la trachéotomie
Saignement d'une trachéotomie. Obstruction des voies respiratoires de trachéotomie. Trachéotomie septique
Fistule trachéo-œsophagienne due à une trachéotomie
J95.1 Insuffisance pulmonaire aiguë après chirurgie thoracique
J95.2 Insuffisance pulmonaire aiguë après chirurgie non thoracique
J95.3 Insuffisance pulmonaire chronique due à la chirurgie
J95.4 Syndrome de Mendelssohn
Exclus: compliquant:
• naissance et accouchement (O74.0)
• grossesse (O29.0)
• période post-partum (O89.0)
J95.5 Sténose sous l'appareil vocal réel après des procédures médicales
J95.8 Autres troubles respiratoires après intervention médicale
J95.9 Insuffisance respiratoire, sans précision après procédures médicales

J96 Insuffisance respiratoire, non classée ailleurs

Exclut: insuffisance cardiorespiratoire (R09.2)
insuffisance respiratoire postprocédurale (J95. -)
• arrêt respiratoire (R09.2)
• syndrome de détresse respiratoire [détresse]:
• chez un adulte (J80)
• chez le nouveau-né (P22.0)

J96.0 Insuffisance respiratoire aiguë
J96.1 Insuffisance respiratoire chronique
J96.9 Insuffisance respiratoire non spécifiée

J98 Autres troubles respiratoires

Exclut: apnée:
• EDR (R06.8)
• chez le nouveau-né (P28.4)
• pendant le sommeil (G47.3)
• chez le nouveau-né (P28.3)

J98.0 Maladies des bronches, non classées ailleurs
Broncholithiase>
Calcification> Bronches
Sténose>
Ulcère>
Trachéobronchie (s):
• effondrer
• dyskinésie
J98.1 Effondrement pulmonaire. Atélectasie. Effondrement pulmonaire
Exclus: atélectasie (y):
• nouveau-né (P28.0-P28.1)
• tuberculose (maladie actuelle) (A15-A16)
J98.2 Emphysème interstitiel Emphysème médiastinal
Exclus: emphysème:
• EDR (J43.9)
• chez le fœtus et le nouveau-né (P25.0)
• chirurgicale (sous-cutanée) (T81.8)
• sous-cutané traumatique (T79.7)
J98.3 Emphysème compensatoire
J98.4 Autres lésions pulmonaires
Calcification du poumon. Maladie pulmonaire kystique (acquise). Maladie pulmonaire SAI. Pulmolithiasis
J98.5 Maladies médiastinales, non classées ailleurs
rubriques
Fibrose>
Hernie> Médiastin
Décalage>
Médiastinite
Exclut: abcès médiastinal (J85.3)
J98.6 Maladies du diaphragme Diaphragme. Paralysie de l'ouverture. Relaxation du diaphragme
Exclut: défaut congénital du diaphragme du NCRC (Q79.1)
hernie diaphragmatique (K44. -)
• congénitale (Q79.0)
J98.8 Autres troubles respiratoires précisés
J98.9 Trouble respiratoire, sans précision Maladie respiratoire (chronique) SAI

J99 * ​​Troubles respiratoires dans les maladies classées ailleurs

J99.0 * Maladie pulmonaire rhumatoïde (M05.1 +)
J99.1 * Troubles respiratoires dans d'autres troubles diffus du tissu conjonctif
Troubles respiratoires avec:
• dermatomyosite (M33.0-M33.1 +)
• polymyosite (M33.2 +)
• syndrome de sécheresse [Sjogren] (M35.0 +)
• système (ohm):
• lupus érythémateux (M32.1 +)
• sclérose (M34.8 +)
• Granulomatose de Wegener (M31.3 +)
J99.8 * Troubles respiratoires dans d'autres maladies classées ailleurs
Troubles respiratoires avec:
• amibiase (A06.5 +)
• spondylarthrite ankylosante (M45 +)
• cryoglobulinémie (D89.1 +)
• sporotrichose (B42.0 +)
• syphilis (A52.7 +)

Publications Sur L'Asthme